Cyclistes dans la Grande Guerre
Advertisement


8 janvier 1917 -|- Jean Gougoltz[]

Le pistard Jean Gougoltz est décédé à Paris 17è des suites d’une congestion pulmonaire. Né le 26 mars 1875 à Cannes, de parents suisses, Charles Jean Gougoltz était devenu professionnel en 1895, et ce jusqu’en 1908.

Champion éclectique, le sympathique Jean Gougoltz excella dans toutes les disciplines de la piste. Découvert par Louis Cottereau à Cannes, il trouve rapidement sa notoriété. A 20 ans et quoique de nationalité suisse il s’empare du titre de Champion de France de vitesse. Les championnats, à l’époque, étaient ouverts aux étrangers.

Barré en vitesse pure par le trio Jacquelin, Bourrillon, Morin, la « locomotive cannoise » se rabat sur les GP en province et en Italie. Il s’y comporte fort bien en remportant une huitaine de succès. En 1898, aux USA, avec Dominique Lamberjack, il constitue un tandem irrésistible. Courant en maillots et culottes rouges les Américains les surnomment “The Red Demons“.

A la demande de Robert Coquelle, Jean Gougoltz retourne aux States, en 1900, pour s’aligner dans les six jours de New-York. Associé à César Simar, dit “La pipelette“, il ne passe pas loin de la victoire finale. A trois autres reprises, le suisse prendra part à ce “six days“, avec en 1904, Lucien Petit-Breton comme partenaire.

L’inscription du 2ème Paris-Brest-Paris au calendrier de la saison 1901 le décide à donner la priorité à la route. Pendant deux mois, il avale des kilomètres. Henri Desgrange en fait son second favori pour Paris-Roubaix. Jean Gougoltz est le dernier concurrent à résister à Lucien Lesna.

Sans le concours d’une grand marque de cycles, le Cannois se rend compte n’avoir aucune chance dans des épreuves d’envergure comme Bordeaux-Paris et Paris-Brest-Paris. Dans ces deux courses il abandonne rapidement.

Il termine sa carrière sur piste. Champion de Suisse de vitesse en 1900, il le sera encore, mais en demi-fond en 1905. Travailleur acharné, mais buveur de vin, de whisky et fumeur de pie pendant les repas, Jean Gougoltz, selons Charles Ravaud, était un "brave type, pas fier pour deux sous, pas cabotin du tout."

Après sa carrière il devint chauffeur de maître.

Gougoltz Jean 01A
Gougoltz Jean 02A
Gougoltz Jean 06

Son palmarès[]

1895[]

  • 1e à Cannes (17.3)
  • 1e à Monaco (31.3)
  • 1e à Aix-en-Provence (14.4)
  • 2e du GP d’ANGERS de vitesse
  • 1e à Angers (26.5)
  • 1e au vélodrome Buffalo (30.5)
  • 1e à Dijon (25.6)
  • 1e au vélodrome La Seine (7.7)
  • 1e du Match franco-anglais au vélod. de La Seine avec Jacquelin (28.7)
  • Record du monde du Km lancé 1’15“3/5
  • Record du monde du Mile lancé 2’04“4/5 (1.8)
  • CHAMPION DE FRANCE de vitesse (15.8)
  • 3e du GP d’Anvers de vitesse
  • 1e au vélodrome La Seine (15.9)
  • 1e au vélodrome La Seine (22.9)
  • Éliminé en séries du GP DE PARIS (6.10)

1896[]

  • 1e à Nice (12.2)
  • 1e à Dijon (26.4)
  • 1e du GP D’ANGERS (vitesse) (14.5)
  • 1e à Dijon (14.6)
  • 1e à Liège (B) (21.6)
  • Éliminé en séries du GP DE PARIS (5.7)
  • 2e du GP de Florence (vitesse)
  • 2e du GP d’Alessandria (vitesse)
  • 1e à Arnhem (NL) (30.8)
  • 1e à Paris (La Seine) (13.9)
  • 1e du Match franco-anglais au vélod. La Seine avec Jacquelin (20.9)
  • 1e à Paris (La Seine) (18.10)

1897[]

  • 1e à Toulouse (23.5)
  • 1e du GP D’ANGERS (vitesse) (27.5)
  • 1e à Dijon (30.5)
  • 2e du GP de Reims (vitesse)
  • 2e de la finale des repêchages du GP DE PARIS (9.7)

1898[]

  • 1e à New-York en tandem avec Lamberjack (15.5)
  • 1e à Buffalo en tandem avec Lamberjack (22.5)
  • 1e à Bordeaux (Quinconces) (26.6)
  • 2e de la finale des repêchages du GP DE PARIS (28.7)
  • 1e du GP de l’U.V.ITALIENNE

1899[]

  • 1e à Lille (30.4)
  • 3e de la 2e ½ finale des repêchages du GP DE PARIS (24.6)
  • 2e du GP d’Angers en tandem (+ Parlby)
  • 3e du GP des Finances en tandem (+ Parlby)

1900[]

  • CHAMPION DE SUISSE de vitesse (6.5)
  • 1e du GP de CHOLET vitesse (20.5)
  • 1e à Cholet (tandem)
  • 3e du GP d’Angers de vitesse (24.5)
  • 1e du GP DE NANCY (vitesse) (14.7)
  • Eliminé en séries au CHAMPIONNAT DU MONDE de vitesse (12.8)
  • 3e des SIX JOURS DE NEW-YORK (avec Simaer)

1901[]

  • 1e du GP D’AMIENS (vitesse) (16.5)
  • 1e du GP de SAUMUR (vitesse) (27.5)
  • 1e du GP de CHOLET (vitesse) (2.6)
  • 1e à Montluçon (7.7)
  • 1e à Nancy (14.7)
  • 1e au Parc des Princes (15.8)
  • 1e du GP Médinger au PdP (27.10)
  • Abandon aux 6 Jours de NEW YORK
  • Sur route:
    • 18e de PARIS-ROUBAIX
    • Abandon à BORDEAUX-PARIS
    • Abandon à PARIS-BREST-PARIS

1902[]

  • 2e du GP d’Angers de vitesse (11.5)
  • 1e au vélodrome Buffalo (1.6)
  • 6e du BOL D’OR (14.7)
  • 1e au vélodtome Buffalo (14.9)
  • Record du monde 200 km derrière moto
  • 4e des SIX JOURS DE BOSTON (+ Simaer)
  • 4e des SIX JOURS DE PHILADELPHIE (+ Wilson)

1903[]

  • 2e du GP de Cologne de vitesse
  • 1e au Parc des Princes (14.7)
  • 1e à Tours (13.9)
  • 1e des 8 Jours au vélodrome Buffalo
  • 10e des SIX JOURS DE NEW YORK (+ Floyd Krebs)

1904[]

  • 1e du GP du Conseil Général à Vincennes (derrière motos) (28.6)
  • 1e à Amsterdam (10.7)
  • 6e des 6 JOURS DE NEW YORK (+ Petit-Breton).

1905[]

  • 1e au Parc des Princes (24.4)
  • 1e à Roubaix (21.5)
  • 1e au vélodrome Buffalo (28.5)
  • CHAMPION DE SUISSE en demi-fond
  • 6e des “Cent Miles“ (demi-fond)
  • 1e au Parc des Princes (13.8)

1906[]

  • 1e à Nice (4.2)
  • 1e au vélodrome Buffalo (21.6)
  • 1e à Manchester (5 miles) (14.7)
  • 1e à Manchester (poursuite) (14.7)

1908[]

  • 5e du BOL D’OR (6.9)


Source[]

Advertisement