Cyclistes dans la Grande Guerre
Advertisement



Emil Dörflinger[]

Dorflinger Emil 02

Emil Dörflinger fut cycliste professionnel suisse de 1900 à 1914.

Avec son 1,92 mètre et ses 100kg, il était exceptionnellement grand pour l'époque ; ce qui lui valut le surnom de "long Emil". Le magazine « La Vie au Grand Air » nous apporte quelques précisions supplémentaires : « Doerflinger est venu de Suisse en France pour faire fortune. Il tient honorablement sa place ; il est presque aussi grand que Mac Farland et pousse rageusement la machine qui semble si frêle, entre ses longues jambes. Ce n’est pas un fin tacticien, mais c’est un courageux qui, certains jours, se montre l’égal des meilleurs. »

Au cours de sa carrière sportive, il fut sept fois champion de Suisse de sprint remportat neuf titres nationaux. En tandem: dans avec le Français Victor Dupré, Dörflinger resta invaincu pendant deux ans et demi. Il aurait totalisé environ 155 victoires sur les pistes allemandes en dix ans de carrière.

Il défraya la chronique dans ce qu'on appela L'Affaire Doerflinger.

La guerre déclarée, Emil Doerflinger retourne s’installer dans la région de Bâle. après avoir travaillé quelques mois comme comptable en Angleterre. Doté d’une formation commerciale, parfaitement bilingue, c’est finalement auprès de la marque de chocolat Séchaud qu’Emil décroche un emploi.

Malgré la guerre qui dure, tout semble aller pour le mieux pour Emil. Le petit monde du cyclisme se réjouit de la reconversion réussie du « géant Suisse » quand soudain à la mi septembre 1915 survint l’annonce de son arrestation et de sa condamnation à mort pour espionnage.

La nouvelle fit l’effet d’une bombe pour tous ceux qui appréciaient le sympathique coureur helvète.Dans les jours qui suivent, on en apprend un peu plus sur les circonstances de son arrestation et sur sa condamnation. S'il est difficile de dégager une vision précise de ce qu’il s’est réellement passé. La presse « pro allemande » ou simplement neutre reprend les informations transmises par les autorités tandis que les français et ceux qui les soutiennent, évoquent un complot et un procès s’étant déroulé dans des conditions iniques.

Lors de son procès, Emil aurait avoué avoir fourni des informations permettant des bombardements.aériens sur des villes allemandes dans le but de détruire des dépôts de munitions.

Après l'avoir annoncé mort fusillé, on nnonce qu'i est gracié par le Kaiser en guise de geste diplomatique en direction du gouvernement Suisse. La condamnation à mort fut simplement commuée en une peine de prison à perpétuité. Quelques journaux français s’élevèrent contre cette décision qu’ils jugeaient injuste et démesurée mais pouvait-il en être autrement ?

Libéré en 1919, il ne reprendra plus la compétition : « handicapé par une longue et pénible captivité en Allemagne, a décidé de ne plus briguer le championnat national." Il s'installera et décèdera en Alsace en 1963.


En lire plus sur Le petit bracquet et Wikipedia (FR).


Retour aux Petites Histoires[]

Advertisement