Cyclistes dans la Grande Guerre
Advertisement


30 mai 1915 -|- Auguste Fossier[]

Fossier Auguste4b
Fossier Auguste OVL

Mémoire des Hommes


Mobilisé depuis le premier jour et affecté en qualité de cycliste au 3e Conseil de guerre, l’ancien coureur a dû quitter son service, étant atteint d’une fièvre typhoïde. Alors que son état semblait s’améliorer, le Français devait mourir le 30 mai sur son lit à l’hôpital Villemin, rue des Récollets à Paris Xe, où il était en traitement.

Auguste Fossier a fait partie des coureurs de la première heure, courant en même temps que Médinger, Bouhours, Antony, Charron...

Spécialiste dans les courses de vitesse, il connut ses heures de gloires le jour où il décida d’adopter une grande multiplication de 14 mètres. A partir de ce moment il fut pour ainsi dire imbattable, à ce point que le public l’appelait « le Français volant ». Auguste Fossier cessa de courir vers 1900 pour s’établir dans le commerce de cycles où il s’était fait une excellente réputation. Il a été aussi entraîneur de demi-fond.

Né le 28 juillet 1873 à Pontvaferger, dans la Marne, il laisse une femme et trois enfants.

Source[]

Advertisement