Cyclistes dans la Grande Guerre
Advertisement


Merci à Serge Mroncz pour l'article !

9 janvier 1915 - Emile Alfred Sigwalt[]

Sigwalt Alfred OVL

Mémoire des Hommes

Union vélocipédique de France 1902-08

Union vélocipédique de France, août 1902

L'Auto-vélo 1910-09-01 12e étape Tdf Indé

L'Auto-vélo, 01-09-1910

Monument aux morts Hérimoncourt (Geneanet)

Monument aux morts Hérimoncourt (Geneanet)

Biographie[]

Émile Alfred Sigwalt avait débuté dans le cyclisme à Hérimoncourt (Doubs) avec son frère aîné Paul au début des années 1900. Tous deux deviendront des figures du peloton franc-comtois de l’époque. A la fin de cette décennie, 2 autres coureurs ont porté haut les couleurs du bourg doubiste: Paul Stofleth et le champion suisse Charles Guyot. En 1910 Émile Alfred Sigwalt prend part au Tour de France des Indépendants qu’il achève à la 176ème place après avoir notamment terminé 98ème de la 12ème étape. Il se retire ensuite de la compétition tandis que son frère Paul ouvre un commerce de cycles qui aura pignon sur rue plus de 70 ans durant à Hérimoncourt.

Tout comme ses frères Paul et Pierre, Émile Alfred Sigwalt est mobilisé le 2 août 1914. Caporal, il combat avec la 8ème compagnie du 55ème B.C.A. (Bataillon de Chasseurs à Pieds) en Alsace, dans l’Aisne et dans la Marne. Il y gagnera une citation à l’ordre du régiment avant d’être engagé dans la bataille de Crouy où il succombe à ses blessures le 9 janvier 1915. Macabre ironie, son cadet, Pierre, appartenant également au 55ème B.C.A., connait la même fin tragique en ce même jour. Les deux frères meurent à quelques mètres l’un de l’autre.

Fils de Jacques et de Emma Valiton, Émile Alfred Sigwalt était né à Hérimoncourt le 24 janvier 1885. Tour à tour forgeur, décolteur puis mécanicien, il quitta son bourg natal pour Levallois-Perret en 1912. Le 25 avril 1914 il épousait Ernestine Marringer à la mairie du 2ème arrondissement de Paris. La médaille militaire lui a été conféré à titre posthume le premier mai 1920. Inscrit sur une plaque commémorative de l’église Saint-Justin de Levallois-Perret, son nom sera également apposé sur le monument aux morts d’Hérimoncourt en 2011.

Sources[]

Advertisement